Bien-êtreConfiance en soiDéveloppement personnel

Je veux être heureux !!

Optimiste ou pessimiste, adepte de la philosophie du verre à moitié plein ou à moitié vide, et si tu avais le choix ?

Tu sais quoi ? Aujourd’hui c’est la Journée Internationale du Bonheur ! Proclamée par l’Organisation des Nations-Unies.

Selon une enquête Ifop réalisée en octobre 2017 sur le regard des Français sur le bien-être, lorsqu’on demande aux participants leur ressenti sur leur propre état depuis les deux dernières semaines, 9% d’entre eux répondent optimiste en première intention, contre 13% pour ceux qui se sentent pessimistes.


Il apparaît donc que nous ayons tendance au pessimisme plutôt qu’à l’optimisme. Or les bienfaits de l’optimisme sont nombreux :
  • Sentiment de bien-être plus développé
  • Meilleure gestion du stress
  • Relations plus harmonieuses
  • Meilleure estime de soi
  • Confiance en soi plus développée
  • Réussites plus nombreuses (lié à une peur de l’échec moindre)
  • Meilleure santé (liée à une production plus faible d’hormone de stress)…
 Attention, il ne s’agit pas ici de confondre optimisme et inconscience ! Abordons quelques notions essentielles, pour être sûrs de parler de la même chose.

Optimiste ou pessimiste

En allant chercher sur le Larousse en ligne j’ai trouvé ceci :

  • Optimisme : Disposition d’esprit qui incline à prendre les choses du bon côté.
  • Pessimisme : Tendance de quelqu’un qui, par caractère ou après réflexion, prévoit une issue fâcheuse aux événements, à la situation, qui en attend le pire.

Tu seras d’accord avec moi, pour les deux définitions il semble que cela soit lié à une façon de voir les choses.

Dans la première, on parle de disposition d’esprit, ce qui implique que la même chose peut être vue d’une manière ou d’une autre.

Dans l’autre, de prévision, ce qui ne correspond à aucun fait réel, il s’agit de comparaisons entre ce que nous vivons en ce moment et ce que nous avons vécu ou avons peur de vivre.

Finalement, dans les deux cas, nous pouvons constater que l’orientation de notre pensée vient d’un processus de réflexion, dans lequel toute notre subjectivité est invitée.

Omission, généralisation, distorsion

Ces trois phénomènes font partie intégrante du fonctionnement de notre cerveau.

En effet, nous percevons LA réalité qui nous entoure au travers de nos 5 sens. Évidemment il nous est impossible d’être conscient des millions d’informations qui nous arrivent en même temps sur ce qui se produit autour de nous. Notre cerveau filtre toutes ces informations pour amener à notre conscience ce que nous sommes capable d’appréhender. Ensuite, nous associons ce qui sort de ce filtre pour créer NOTRE réalité. C’est notre interprétation de LA réalité.

Afin réaliser cette tâche, notre cerveau va utiliser ces trois méthodes pour pouvoir « ranger » ce qu’il vient de recueillir :

  • L’omission : certaines informations ne seront pas utilisées, elles ne rentrent dans aucune case
  • La généralisation : des éléments partiellement similaires sont rangés dans la même case
  • La distorsion : certains éléments sont déformés afin de rentrer dans les cases existantes

Pour cela, il va se baser sur ce que nous avons vécu et faire des comparaisons. C’est dans ce contexte que nos peurs peuvent venir influencer la vision de certaines situations. Il va aussi utiliser les idées que nous nous sommes faites sur certaines choses, nos croyances.

Il devient alors évident qu’ayant chacun notre vécu, nos propres croyances, pour une même situation, les visions sont différentes.

En pratique

Faisons maintenant un lien avec ce que nous rencontrons dans la vie, et découvrons comment ces mécanismes ont un impact sur notre vision des choses.

Tu es de mauvaise humeur en te levant et tu te dis que c’est une mauvaise journée. Automatiquement ton filtre se met en route ! Tout ce qui se passe de désagréable dans ta journée te sautera aux yeux, le positif devient presque invisible (omission)! Et cela viendra renforcer ta croyance que cette journée est mauvaise, étant donné que chaque fois que cela commence comme ça c’est le même refrain (généralisation) ! Cela pourra même aller jusqu’à accentuer certains évènements qui, un autre jour, te sembleraient anodins (distorsion). Ton interprétation prend alors le pas sur La réalité. Tu passes une mauvaise journée… et tu l’as entretenu !

Tu vois de quoi je parle ? Évidemment ! Chacun d’entre nous a à un moment ou un autre vécu ça. Après tout nous sommes humains !!

La solution

L’optimisme ça s’apprend ! Notre cerveau est comme un ordinateur, nous avons la possibilité de le reprogrammer, comme nous l’avons vu dans cet article.

Il faut néanmoins que tu saches que cela demande un minimum d’efforts. Nous aurons besoin d’environ trois semaines pour que le nouveau programme soit inscrit dans les tablettes. Et quelques efforts encore pour qu’il fonctionne complètement automatiquement. Des mises à jour sont nécessaires régulièrement.

Pour commencer il est primordial de prendre conscience de ton propre fonctionnement.

Voici un test succin qui te permettra d’en avoir une idée.

Ensuite, décide de modérer tes idées négatives.

Chaque fois que tu constates qu’une idée négative te vient à l’esprit, contrebalance-la systématiquement par trois idées positives.

En effet, il n’est pas question de ne voir que du positif, au risque de devenir complètement inconscient. Nos peurs, notre instinct (qui se charge de réagir face à des situations connues) sont indispensables à notre sécurité. Cet exercice permet d’éviter que ces défenses prennent le monopôle et nous freinent inutilement.

Un sentiment de détente peut t’y aider

Tu peux diminuer ton niveau de stress simplement en utilisant ta respiration.

3 fois par jour, prends le temps respirer en conscience.

  • Inspire par le nez en gonflant le ventre, pendant 3 secondes
  • Bloque, pendant 3 secondes
  • Expire comme si tu soufflais dans une paille, pendant 3 secondes
  • Bloque, pendant 3 secondes

Et tu recommences pendant 3 minutes.

Cet exercice peut se réaliser n’importe où. Dans ton lit, au boulot, en cuisinant, sous la douche… aux toilettes même !! Il permet de faire diminuer le rythme cardiaque, d’apporter une dose supplémentaire d’oxygène, de se centrer sur soi-même… Cela amène une détente, qui t’aide à ne pas te laisser envahir par tes peurs.

Dernière chose, développe ta confiance en toi-même

La confiance en soi permet de se sentir capable d’agir en cas d’imprévu, elle facilite l’adaptabilité. Tu craindras nettement moins les conséquences désagréables éventuelles d’une situation. En effet, si tu te sens capable de réagir, tu auras moins peur.

Chaque soir, note sur un cahier, dans ton smartphone ou ton ordinateur, 3 choses de la journée que tu es fier(e) d’avoir réalisées. Quand tu te sens moins « capable », reprends tes notes. Tu verras que ta confiance sera boostée.

Il est important aussi de fêter tes réussites, de partager avec ton entourage tes succès. Cela permet de les inscrire en toi.

Conclusion

Optimiste, pessimiste, tu as le choix !

Décide aujourd’hui d’adopter la philosophie du verre à moitié plein.

Gandhi disait : « Sois le changement que tu veux voir dans le monde ».

Inutile de se battre contre des choses sur lesquelles tu n’as pas d’influence directe, tu dépenses de l’énergie en vain. Par contre, tu peux changer ta façon d’appréhender ces mêmes choses, et voir la vie plus belle !

 

2 réflexions au sujet de « Je veux être heureux !! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *