ArticlesCommunicationEtre parent

Mieux communiquer avec mon enfant

En voilà un sujet pour lequel beaucoup d’encre a déjà coulé. La communication entre parent et enfant.

Être parent = un vrai métier

Je n’ai pas la prétention de tout connaître, ni d’avoir un mode de communication parfait avec mon fils. Pour autant je souhaite, au travers de cet article, partager quelques notions qui m’ont été bien utiles dans mon « métier » de maman.

En effet, pour moi le rôle de parent relève d’un contrat. Un CDI évidemment !! Comme dans chaque poste que nous pouvons occuper, les premières années sont les plus importantes, celles où nous mettons en place un mode de fonctionnement, qui nous permettra par la suite d’espérer obtenir un mode « croisière ».

L’objectif de ce CDI est d’accompagner cet être en devenir vers une posture d’adulte, ayant toutes les compétences nécessaires pour s’épanouir pleinement sans avoir besoin de nous.

Comme je l’ai souvent dit : « Si j’ai fait un enfant, c’est pour qu’il parte de chez moi !! », choquant au passage bon nombre d’oreilles !! Oreilles appartenant à des personnes qui ne se voyaient, pour autant, absolument pas faire un remake du film Tanguy !

Les 2 facettes du métier

Pas facile d’être parent. Entre reproduction de ce que nous avons vu ou vécu (parents, famille, amis), inspiration tirée des magazines, des livres, des émissions, nous nous pensons prêts, plein d’idées et de méthodes… et paf, le bébé est là.

Pour ceux et celles qui sont passé(e)s par là, inutile de dire que la théorie et la pratique ne sont pas toujours en phase !! Pour ceux qui ne l’ont pas encore expérimenté, rassurez-vous, c’est une expérience exceptionnelle, pleine d’apprentissages !

Comme nous l’avons abordé dans Parent gendarme ou parent doudou, pour amener notre bambin à être capable de quitter le nid familial, nous devons allier deux facettes qui peuvent parfois sembler opposées : poser la règle versus encourager, soutenir et comprendre ! Un savant équilibre entre ces deux rôles permettra de développer un climat propice à une bonne communication avec ta petite tête blonde. (Même si elle n’est pas blonde d’ailleurs !!)

Fixer la règle

Pour qu’une règle soit respectée, sans devoir installer un climat de terreur, il est indispensable qu’elle soit comprise et acceptée. N’hésite pas à expliquer les règles à ton enfant, à les fixer en partie avec lui, déterminez ensemble les sanctions qui accompagneront un non-respect de ces règles. Tu seras surpris(e) de ce que peut proposer ton enfant ! Dans bien des cas, il sera plus sévère que toi. Et n’oublie pas… toi aussi tu dois suivre la règle !! Pas de « fais ce que je dis, mais pas ce que je fais » ! (Hormis si elle est fonction de l’âge bien-sûr). Pour que cette technique soit efficace, cette discussion se doit d’être menée en amont de l’évènement concerné.

  1. Explique les règles
  2. Détermine certaines règles avec lui
  3. Établis les sanctions avec lui
  4. Montre l’exemple

Discuter de ce qui ne va pas

Si tu gardes les mécontentements en toi, que ça soit pour éviter le conflit, faire plaisir, par culpabilité, etc, un jour ou l’autre la goutte d’eau fera déborder le vase !

Pour discuter au fur et à mesure des évènements « dérangeants », je te conseille de choisir un moment propice, se mettre au calme. Commence par remarquer les comportements positifs, et adroitement, fais prendre conscience des choses à améliorer. Termine toujours par dire à ton enfant les traits de sa personnalité qui te plaisent particulièrement. En menant la discussion de cette façon là, tu développeras sa confiance en lui et son estime personnelle, tout en rappelant la règle et en trouvant des solutions avec lui pour progresser encore. Tu éviteras qu’il se braque et rejette toute communication.

  • Mets en avant les comportements positifs
  • Exprime avec bienveillance ce qui demande à être amélioré
  • Donne une preuve de ton amour inconditionnel

Favoriser l’expression de ses besoins

Apprends à ton enfant à dire ce qu’il veut, même si c’est différent de ce que tu attends. Tu l’aideras à être conscient de l’existence de ses besoins. Nier les besoins de ton enfant peut développer chez lui un manque d’estime personnelle, qui restera présent une fois adulte. Pour autant, exprimer ses besoins ne veut pas forcement dire qu’ils seront assouvis. Dans la mesure où il est possible d’y accéder, en respectant les besoins des autres (y compris des tiens !), pourquoi ne pas le satisfaire ! Dans le cas contraire, explique lui que son besoin est entendu et pourquoi il n’est pas possible d’y accéder. La frustration sera moins grande pour lui comme pour toi, et le conflit peut souvent être évité ! Tu seras épaté de voir ce qu’il peut comprendre et accepter !

  • Écouter les besoins de ton enfant
  • S’il ne peut être satisfait :
    • Dire qu’il est entendu
    • Expliquer pourquoi il ne peut être satisfait

Favoriser l’expression des émotions

Les colères, les crises, les affrontements sont un mode de communication pour ton enfant. Il te crie haut et fort (parfois très très fort) ce qui se passe en lui. Lorsque tu sens une charge émotionnelle importante chez lui, invite-le à en parler. Tout simplement, nomme l’émotion que tu perçois : « J’ai l’impression que tu es en colère, triste… ». Tu verras que, dans bien des cas, le simple fait de la nommer en fait diminuer l’intensité. Pour commencer tu reconnais l’existence de l’émotion, et son droit à la ressentir. En plus de cela, tu apprends à ton enfant à reconnaître et comprendre ce qui se passe en lui. Adulte, il lui sera plus facile de prendre du recul face à une situation émotionnellement forte.

Tu peux ensuite l’aider à percevoir ce qui se passe dans son corps, lui expliquer le rôle de l’émotion. Pour t’aider, consulte le mode d’emploi des émotions ! Avec lui, trouve la solution qui lui convient pour répondre à la demande de cette émotion.

  • Nomme l’émotion que tu perçois chez ton enfant
  • Aide-le à reconnaître comment elle se manifeste
  • Explique-lui à quoi elle sert
  • Aide-le à trouver la solution qui lui convient pour y répondre

Aide-le à faire des choix et à en être responsable

A la hauteur de ses compétences, invite ton enfant à faire ses choix, et à en assumer les responsabilités. Les relations n’en seront que plus harmonieuses. Il sera porté par ta confiance. En fonction de son âge, donne-lui la permission de faire des choses seul, encourage-le même !  Avec la protection nécessaire pour qu’il ne se mette pas en danger bien-sûr, évalue les risques avec lui et comment s’en protéger. Éventuellement aide-le à trouver un plan B, tu développeras sa capacité d’adaptation. Cela révèlera en lui la puissance nécessaire pour agir. Attention, il ne s’agit pas de confondre protection bienveillante et mettre sous cloche !


J’ai adoré la réplique de Dory à Marin au sujet de son fils Némo !

Marin (papa de Némo) : Non, j’ai pas réussi à tenir mes promesses, j’avais juré qu’il ne lui arriverait jamais rien.

Dory (amie de Marin) : Ah oui ? Dis donc, tu fais des drôles de promesses. […] si tu fais en sorte qu’il ne lui arrive jamais rien, il risque de ne jamais rien lui arriver. Il va s’ennuyer le petit Harpo.


Notre rôle de parent est aussi de savoir laisser nos enfants apprendre de leurs expériences. En mesurant les risques avec eux nous les protégeons. En étant là pour les soutenir au besoin, nous leur donnons la confiance nécessaire pour être acteur de leur vie ! Très important aussi, fête ses réussites ! Tu développeras sa confiance en lui !!

  • Mesure les risques avec l’enfant
  • Aide-le à trouver un plan B
  • Encourage-le à agir
  • Sois présent pour l’aider s’il en fait la demande
  • Aide-le à tirer une leçon des expériences désagréables
  • Fête avec lui ses réussites

Quand le conflit éclate !

« Bonne communication » ne rime pas forcément avec « jamais de conflit ». En effet, comme tu le sais, ne serait-ce que pour l’avoir vécu en tant qu’enfant, tes objectifs de parent ne vont pas toujours dans le même sens que ceux de ton enfant. Dans ces situations, il est parfois difficile d’éviter l’explosion d’indignation de ton petit prodige !

Savoir rester à l’écoute

Pour commencer, centre-toi sur tes émotions. Ce sont elles qui te feront « réagir » et t’empêcheront de choisir la meilleure attitude à avoir. Dans certains cas, il sera préférable de remettre la discussion à plus tard, te laissant le temps de « redevenir maître de toi ».

Reconnais et légitimise l’émotion de ton enfant. Écoute ses revendications, en essayant de te mettre à sa place. Il ne s’agit pas d’être d’accord ou non, mais plutôt de comprendre ce qui motive cette indignation. Vérifie que tu as bien compris son point de vue (cf les clés de la communication). Rappelle la règle déjà discutée au préalable. Ensuite, essayez ensemble de trouver une alternative permettant à chacune des deux parties d’être satisfaite.

Si la communication n’est pas possible de son côté, diffère cette discussion. N’oublie pas qu’en communication, c’est celui qui est le plus flexible qui a le plus d’influence sur le système.

Parler en conscience

Avec les enfants, comme avec toute autre personne, parler de soi et de ce que l’on ressent, de ce que la situation évoque pour nous évite d’entrer dans le jeu des accusations. Soyons vigilants à distinguer le comportement de l’enfant de ce qu’il est, de son identité. Ne pas confondre par exemple « ton manque d’implication dans tes devoirs me met en colère » et « tu es nul(le) ». Le premier remet en cause un comportement, nous pouvons alors axer sur une recherche de solutions, le deuxième, au contraire, remet l’identité de l’enfant en cause et pourra le poursuivre dans sa vie adulte.

  • Utilise le « je » plutôt que le « tu »
  • Distingue « faire » et « être »

En conclusion

Le travail de parent est un exercice difficile. Il n’existe pas « une » bonne façon de faire, ni de cours à l’école à ce sujet. Mais soyons rassurés, l’amour entre parent et enfant est inconditionnel. Lorsque la volonté de bien faire est là, avec cet amour, de l’humilité et un peu d’humour tout est possible !

Sois positif ! Prends chaque expérience comme une opportunité d’apprentissage !

  1. Ça a marché ? Super, à reproduire !
  2. Ça n’a pas fonctionné ? Change ta façon de faire !

Dis et montre ton amour, demande pardon si c’est nécessaire, sois honnête et franc. Tu inviteras et inciteras ton enfant à en faire de même !

 

2 réflexions au sujet de « Mieux communiquer avec mon enfant »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *