Stréssé(e) ? Il y a des solutions !!

Comme annoncé dans l’article précédent trop de stress !!, nous allons aborder maintenant les solutions tant préventives que curatives à cet excès de stress qui vous pourrit la vie.

Agir sur les causes

Les causes du stress chronique sont multiples. Il est nécessaire de différencier les agents stressants, propres à chacun, des facteurs favorisants qui eux sont communs à tous.

Les stresseurs

Les « stresseurs » sont des évènements déclenchant le mécanisme de stress. Ils provoquent des peurs et des incertitudes.

Les peurs sont intimement liées à ce qui est important à nos yeux, il est facile de comprendre que leurs origines sont aussi différentes que nous le sommes les uns des autres.

La première étape est donc de définir ce qui est important pour vous : vos valeurs !

Selon cette échelle, les stresseurs peuvent revêtir différents visages.

Si dans vos valeurs essentielles se trouve le respect, un manque de respect vous stressera plus que quelqu’un d’autre. Dans cet esprit, chaque valeur engendre un « stresseur » particulier.

La valeur de réussite peut amener la peur d’un examen ou d’un entretien. Celle de sécurité, la peur d’un danger particulier, etc…

Pour vous aider également à mettre en avant vos « stresseurs », analysez les moments de stress intense. Ensuite, faites le lien avec votre échelle de valeurs.

La solution

Anticiper les situations où vous risquez de rencontrer vos stresseurs afin de maîtriser le niveau de stress. Préparer votre intervention en public, prévoir un moyen de protection ou de fuite en cas de danger, etc…

Un suivi en coaching peut vous aider !! Le coach vous guidera dans la définition de votre échelle de valeurs. Vous étudierez ensemble les situations qui vous posent problème afin de mettre à jour les motivations de vos comportements. Enfin il vous guidera dans la mise en place d’un plan d’action concret visant à limiter les effets de vos stresseurs au quotidien.

Les facteurs favorisants

Outre le côté héréditaire et biologique, qui restent hors de notre contrôle, il existe trois catégories de facteurs sur lesquels nous pouvons influer.

Les facteurs environnementaux

L’environnement peut être source d’une pression routinière, au travail ou à l’école, mais aussi à la maison. Les responsabilités, la charge de travail, la surcharge mentale sont autant d’éléments agissant directement sur le niveau de stress.

Le changement dans notre environnement peut aussi avoir un impact non négligeable. Une mutation, un changement de poste, une séparation, un enfant qui quitte le domicile, un problème de santé pour nous ou nos proches, etc…

Certains traumatismes restent non résolus et deviennent source de stress chronique.

La solution

  • Effectuer les changements qui diminueront votre pression routinière. (Planifier les tâches sans oublier les moments de détente, être réaliste sur le rapport temps/tâche)
  • Se faire aider par un professionnel pour la résolution des problématiques liées aux changements et traumatismes.

Un suivi en coaching peut vous aider !! Avec vous, le coach mettra en avant les mécanismes inconscients qui vous bloquent dans ce quotidien stressant. Ensuite, avec son aide vous trouverez les solutions adaptées à votre situation pour changer tout ça !

Les facteurs psychologiques

L’état de stress et l’anxiété sont généralement liés. Le stress peut amener une anxiété et les personnes anxieuses risquent de développer un stress.

La solution

Demander conseil à votre médecin traitant, ou à un professionnel de santé, en cas d’anxiété ou d’états anxieux et cela sans tarder.

Les facteurs comportementaux

Le manque de sommeil agit lui aussi sur le niveau de stress de chacun. Tous comme les troubles alimentaires. Notre organisme a besoin d’une alimentation saine et équilibrée, de repos et aussi d’activité physique pour fonctionner correctement.

L’addiction est aussi un facteur de stress reconnu. Alcool, tabac, drogue, jeux , etc… Le manque ressenti lors de l’absence du « produit » en cas de dépendance est une source de stress considérable. Mais il ne faut pas nécessairement être dans l’addiction. En effet, la frustration engendrée par l’absence de consommation peut être, elle aussi, à l’origine d’un stress répété.

De façon générale, lorsque notre organisme doit fonctionner dans des conditions de manque de sommeil, de déséquilibre alimentaire, de consommation de produits addictifs et de sédentarisme, c’est un peu comme s’il devait faire un effort en permanence. Le manque d’énergie en résultant nous empêche de faire face au quotidien sereinement et engendre beaucoup de stress.

La solution

  • Veiller à avoir une bonne hygiène alimentaire.
  • Respecter votre sommeil, en qualité et en quantité.
  • Pratiquer 30 min d’activité physique de façon quotidienne (La marche en est une !! Adaptez votre activité à votre condition physique. Demandez conseil à votre médecin traitant ou à un professionnel de santé)
  • Faire le point sur vos comportements addictifs avec votre médecin traitant ou un professionnel de santé

La encore un suivi en coaching peut vous aider !! Déterminez ensemble les changements que vous souhaitez effectuer pour améliorer votre hygiène de vie. Définissez des objectifs concrets et réalisables, ainsi que les actions à mettre en place pour y accéder. Le suivi réalisé au fil des séances vous assure de garder la motivation indispensable à l’atteinte de vos objectifs. Ce suivi permet aussi de personnaliser et d’adapter parfaitement le plan d’action à vos besoins du moment.

Les différentes prises en charge

Si les effets du stress deviennent envahissant et vous empêchent de « fonctionner » au quotidien, il est urgent de consulter votre médecin traitant pour adapter au mieux la prise en charge.

D’autres alternatives existent. Elles peuvent même vous être conseillées par votre médecin, en complément d’une prise en charge médicale.

Elles s’appliquent tant en traitement curatif que préventif. Hypnose, acuponcture, naturopathie, yoga, réflexologie, phytothérapie, sophrologie, reiki…

Découvrez le Programme Étincelle, formation d’auto-coaching en ligne. Vous-y apprendrez la pratique du lâcher-prise,  la gestion des émotions, le développement de la confiance en soi et de l’estime de soi. Autant d’atouts qui vous aideront à gérer plus facilement les moments stressants que vous rencontrerez.

Trop de stress !!

A vous aussi le stress ne vous laisse aucun répit ?

Selon un Sondage réalisé en janvier 2016 par BVA pour la Chambre Syndicale de la Sophrologie près de un Français sur cinq se sent quasiment toujours stressé (19 %) soit près de 10 millions de personnes.

Pas étonnant que beaucoup d’entre nous se sentent concerné(e)s par ce fléau.

Il ressort aussi de ce sondage que, près de un Français sur deux, stressé la plupart du temps, prend des médicaments pour y remédier ou ne fait rien. Ces derniers ne mettant en place aucune stratégie autre pour diminuer leur niveau de stress.

Pourtant, il existe de nombreuses méthodes préventives et curatives parallèles aux médicaments.

Même si dans certains cas il reste indispensable d’avoir une « béquille chimique » le temps de refaire surface, la mise en place concomitante d’autres méthodes de gestion du stress ne peut qu’accélérer le processus de « guérison ».

Un mécanisme naturel et normal !!

Même si cela peut paraître surprenant, le stress est un mécanisme naturel et normal. Il est très utile même !

Par définition, il  est l’ensemble des réponses d’un organisme soumis à des pressions ou contraintes de la part de son environnement.

Plus concrètement, lorsque notre cerveau perçoit un danger, il déclenche un processus hormonal. Ce processus mobilise le cerveau, en augmentant ses performances (perception, compréhension, réflexion…) et nos muscles (rapidité, force…).

De cette façon, nous sommes prêt à réagir au stimulus stressant (fuite, attaque, immobilisation, compensation…).

Le stress est donc non seulement utile, mais nécessaire à la survie. C’est ce qu’on appelle le stress aigu, qui correspond aux réactions de notre organisme quand nous faisons face à une menace ou un enjeu ponctuel, et qui disparaît quand la situation de stress prend fin.

Sauf quand le stress devient chronique...

Dans le mécanisme du stress, après la phase d’alarme (nos forces sont mobilisées) et la phase de résistance (comportement permettant de s’adapter à l’agent stressant) arrive la phase de récupération. La disparition de l’agent stressant ou notre adaptation à celui-ci déclenche une nouvelle libération hormonale qui va apaiser la réaction.

Cependant certaines situations empêche l’arrivée de cette phase de récupération :

  • Situation difficile et persistante, sans issue perçue
  • Plusieurs situations stressantes à la suite
  • Phase de détente ne se déclenchant pas malgré la disparition de la situation stressante

La personne entre en phase d’épuisement. Les réserves d’énergie disparaissent peu à peu.

Les symptômes du stress

Les premières manifestations, au moment de la confrontation avec l’agent stressant, sont ce qu’on appelle les effets du stress aigu. Augmentation du rythme cardiaque et de la fréquence respiratoire, contractions musculaires… 

Ces différentes manifestations peuvent paraître désagréables, amener une sensation de panique, pourtant elles sont très utiles : notre corps se prépare à réagir !

Une fois l’épisode aigu de stress passé, la disparition de l’agent stressant ou notre adaptation à celui-ci amène à un certain soulagement.

Seulement, dans le cas du stress chronique, la mobilisation de nos ressources sur une période plus ou moins longue a des effets néfastes.

Ces effets se répercutent sur différents niveaux :

  • Émotionnel : irritabilité, perte de moral, anxiété
  • Mental : trouble de la concentration, difficulté à faire des choix, démotivation, perte de confiance en soi, diminution de l’estime de soi, pessimisme
  • Physique : douleurs abdominales, maux de tête, douleurs musculaires, éruption cutanée…
  • Comportemental : augmentation de la consommation d’alcool et de tabac, troubles du sommeil, troubles alimentaires, addiction, isolement, baisse de la libido…
  • Physiologique : troubles du transit, troubles du sommeil, affaiblissement des défenses immunitaires, troubles de la reproduction…

Autant dire qu’ils peuvent avoir des effets dévastateurs…

Dans la suite de cet article, nous aborderons les causes les plus fréquentes du stress chronique, et aussi les différentes solutions pour l’enrayer. Nous développerons aussi certaines méthodes très efficaces et faciles à mettre en place afin d’éviter d’entrer dans le cercle vicieux du stress chronique.

A très vite !!

Marre de la routine ??!

Le quotidien devient pesant ?

Tous les jours le même refrain ? Boulot, métro, dodo. Votre vie ne vous semble plus attrayante ?

Vous ressentez de l’ennui ? Vous vous levez le matin sans énergie, sans envie pour cette journée qui s’annonce comme la veille et surement comme demain ?

Vous êtes sûrement atteint de routinite « aigüe » !!

Pas d’inquiétude ! Ça n’est pas une fatalité ! Beaucoup de personnes se trouvent dans cette situation. Très souvent, il suffit de prendre un peu de temps pour faire le point sur les différents domaines de votre vie et mettre en place de petites choses pour qu’elle redevienne pétillante à vos yeux !

Habitude ou routine ?

Pour commencer, il est important de différencier routine et habitude.

Heureusement pour nous, de nombreuses choses dans notre quotidien sont automatisées ! Vous imaginez s’il fallait réinventer chaque jour le scénario de notre journée !!

Nous créons une série d’habitudes pour les activités quotidiennes afin de gagner du temps. A la maison… se préparer le matin, faire les courses, à manger, s’occuper des enfants… et aussi au travail.

Ce genre de routine a du bon. D’ailleurs, elle nous amène une sorte de bien-être. Elle nous permet aussi d’avoir l’esprit libre et d’économiser notre énergie. Grâce à cela, nous disposons de ressources indispensables pour nous créer une vie épanouissante.

Vous comprendrez donc, que dans cet article, il n’est pas question de vouloir bannir toute habitude et chambouler votre vie. Mais justement d’apprécier et exploiter le temps laissé par ces automatismes !

Les signes qui ne trompent pas

Soyez à l’affût des signes qui révèlent que vous entrez dans une routine qui ne vous est plus profitable !

  • Lassitude générale
  • Sentiment d'ennui
  • Fatigue
  • Manque d'intérêt pour ce que vous faites
  • Sensation de faire toujours la même chose

Si vous rencontrez un ou plusieurs de ces symptômes, alors cela veut dire qu’il est temps de prendre les choses en main !

En effet, si vous laissez évoluer cette situation, elle peut devenir problématique. La routine devenant de plus en plus pesante, vous risquez de perdre votre goût et votre motivation à réaliser de nouvelles choses.

Votre zone de confort risque de se transformer peu à peu en une prison dorée. Au fil des mois et des années, votre estime personnelle et votre confiance en vous ne seront plus entretenues. Un cercle vicieux dont il est plus difficile à se défaire se mettra alors en place.

Si, ajouté aux signes mentionnés plus haut, vous ressentez un réel malaise à envisager de sortir de votre quotidien, une frustration constante ou un désintérêt général pour ce qui se passe dans votre vie, je vous conseille de consulter votre médecin traitant rapidement. Ce sont peut-être des signes avant-coureurs d’un syndrome dépressif.

Parfois de petits ajustements suffisent !

Examinez chaque domaine de votre vie à l’aide de cet outil très facile d’utilisation : la roue de votre vie.

Déterminez sur quel domaine agir en priorité. Une fois vos objectifs atteints, passez au suivant.

Inutile de vous précipiter sur tous les fronts en même temps ! Vous risqueriez de vous épuiser et d’abandonner rapidement.

Cet outil est utilisable à vie ! Nous évoluons et nos besoins aussi. Alors prenez l’habitude de vérifier votre niveau de satisfaction dès les premiers signes de lassitude.

Une bonne estime de soi c’est quoi ?

L'estime de soi

L’estime de soi représente l’appréciation que vous avez de vous-même en ce qui concerne votre valeur.

Lorsque votre comportement, vos décisions vous semblent « valables »,  vous avez une bonne estime de vous-même.

Facteurs d'influence

L’estime de soi est liée essentiellement à deux facteurs.

Pour commencer, notre estime personnelle est fortement influencée par le regard des personnes qui nous entourent.

Étant donné que les bases de celle-ci sont fondées dans l’enfance, le regard que porte les parents sur leurs enfants est primordial.

Un enfant qui a eu de la difficulté à développer une bonne estime de lui risque de présenter des troubles de l’estime de lui-même toute sa vie.

Un regard bienveillant à l’encontre des nos enfants en est la clé. C’est un savant dosage entre encourager, réconforter, responsabiliser, guider ! Tout ça accompagné d’un amour inconditionnel.

Le deuxième facteur essentiel se trouve dans le respect ou non de nos valeurs. En effet, ces dernières sont une sorte de guide (Voir aussi « Es-tu en accord avec toi-même ?« ). Si nous le suivons, notre estime augmente. Nous avons le sentiment de « bien agir ».

Par exemple, si une de mes valeurs principales est l’altruisme, lorsque j’aide quelqu’un je me sens bien et je sui fière de moi. D’un autre côté, si je porte plus d’importance à la réussite, l’aboutissement d’un projet sera plus propice à ce genre de sentiments.

Estime de soi - Confiance en soi

L’estime de soi et la confiance en soi sont intimement liées. Si l’une augmente, l’autre s’en trouve renforcée, inversement lorsque l’une s’affaiblit, l’autre suit.

Lorsque vous entrez dans le cercle vertueux du développement de chacune des deux, vous avez accès à l’assertivité, c’est-à-dire l’affirmation de soi tout en respectant les besoins et idées de l’autre. L’assertivité étant la clé du bien-être de chacun dans la relation à l’autre.

Faible estime de soi

Elle peut être liée à deux choses, soit une mauvaise perception de votre valeur réelle, soit des comportements ou situations qui ne correspondent pas aux valeurs qui sont importantes à vos yeux.

En conséquence, nous devenons dépendant du regard des autres. Cherchant constamment l’approbation de notre entourage au sujet de notre vie, de nos choix, au risque de ne plus vivre pour nous-même. A force nous risquons de ne plus être en accord avec nos valeurs, ce qui diminuera encore notre estime personnelle.

Haute estime de soi

En réaction à une fragile estime de soi, certains peuvent développer une (trop) haute estime de soi. Mécanisme de défense inconscient pour ne pas prendre le risque d’avoir une faible estime de soi-même.

Ces derniers développeront un comportement agressif lorsque leurs idées, valeurs ou comportements seront remis en cause par un tiers. Remise en cause justifiée ou non ! Ils paraitront alors comme des personnes hautaines et désagréables, cherchant à toujours avoir raison.

Bonne estime de soi

Une bonne estime de soi c’est être conscient de ses qualités et accepter ses défauts. Savoir dire que nous avons raison et aussi reconnaître quand ça n’est pas le cas, sans en prendre ombrage !

Une bonne estime de soi est la base de l’épanouissement personnel ainsi que de l’intelligence relationnelle.

Développement personnel

Vous souhaitez développer votre estime personnelle ? Quelques séances de coaching peuvent vous y aider. Des exercices simples et efficaces vous permettront de prendre conscience de votre valeur personnelle ainsi que de vos motivations profondes.

Que retient-on du message de nos parents ?

Les drivers

La notion de drivers est un concept d’Analyse Transactionnelle. Cela représente les messages envoyés par les parents aux enfants de manière consciente et inconsciente, de part leur discours ou leur comportement.

Ils ont vocation d’éducation pour les parents, et utilisés de façon justifiée et adaptée, ils s’avèrent très utile pour le bon développement de l’enfant.

Par contre, lorsqu’ils sont trop répétitifs et contraignants, ils empêchent l’enfant d’exprimer sa personnalité. Il se plie alors à la demande parentale, quitte à oublier ses propres besoins, dans l’unique objectif de s’assurer l’amour de ses parents.

5 messages

Ce concept différencie 5 messages types, avec pour chacun une intention positive :

  1. Sois gentil : être socialement compétent
  2. Sois fort : accéder à une réussite tant personnelle que professionnelle
  3. Sois courageux : avoir la capacité de se dépasser
  4. Sois rapide : être compétitif et réactif
  5. Sois parfait : avoir l’ambition de progresser constamment

Dans l’absolu, ces 5 messages ont pour but de nous aider à répondre aux exigences de notre société.

Les messages que nos parents nous transmettent sont ceux qu’ils ont eux-mêmes intégrés, issus de leur éducation. Ils font un peu office de « valeurs » familiales. Altruisme, réussite, courage, excellence ou encore réactivité.

Nous sommes tous sous l’effet de plusieurs drivers.

En effet, dans beaucoup de cas, nous avons deux figures parentales. De ce fait, nous recevons deux types de messages, voir plus étant donné qu’elles aussi en ont hérité surement plusieurs.

Le plus souvent, un, voire deux drivers se manifestent plus perceptiblement. Leur influence dépend de leur imprégnation, ainsi que notre sensibilité.

Quand le message devient contraignant

Lorsque les drivers sont aux commandes des parents, il arrive qu’ils soient, par conséquent, fort présents dans leur éducation. Les pilotes parentaux empêchent l’enfant d’être lui-même, au profit de ce que l’on attend de lui.

  1. Pense un peu aux autres ! Ne sois pas égoïste ! Fais moi plaisir…
  2. Ne pleure pas ! La vie est dure, tu dois t’y habituer !
  3. Fais plus d’efforts et tu y arriveras ! Tu dois travailler plus !
  4. Dépêche toi ! Arrête de trainer ! Décidément tu ne sais pas aller vite !
  5. Tu dois être le premier ! Tu aurais pu mieux faire !

Devenu adulte, les messages font office de véritables pilotes automatiques. La personne n’est plus en capacité de savoir si le comportement ou la réaction associés aux drivers est en adéquation avec la réalité extérieure, ni avec ses besoins.

Sans prise de conscience, le cycle se répète sans fin.

Par contre, en les mettant à jour et en les utilisant de façon adaptée non seulement nous sortons de nos automatismes, mais en plus, nous transmettrons ces messages de manière profitable à nos enfants !

Conséquences

Les comportements engendrés par un driver trop présent amènent des situations de mal-être, des problèmes d’estime personnelle et de confiance en soi, des difficultés relationnelles et comportementales.

Chaque pilote comporte des risques spécifiques à être utilisé de manière démesurée et inadaptée.

  1. Sois gentil : négation de ses propres besoins, faible estime de soi, besoin de l’approbation des autres
  2. Sois fort : tendance à écraser les autres, haute estime personnelle, refoulement de ses émotions
  3. Sois courageux : négation de ses besoins, difficulté à profiter de plaisirs simples
  4. Sois rapide : stress, manque de minutie
  5. Sois parfait : manque de confiance en soi, culpabilité, insatisfaction

Reprendre les rennes

Comme pour toute évolution en développement personnel, la base du changement est la prise de conscience.

Vous voulez connaître vos drivers ?

Le quel de ces messages vous parle le plus ?

Observez les situations qui vous mettent sous stress. A quel message renvoient-elles ?

Besoin d’un peu d’aide ? Faites le test qui suit ! Je vous enverrai par mail quel(s) message(s) est(sont) le plus présent(s) en vous.

Dans la vie quotidienne, le but ne sera pas de supprimer totalement le message. Il s’agira de détecter ce qu’il vous apporte de positif, pour le renforcer. Quant au négatif, c’est que ce driver n’est probablement pas adapté à la situation. Alors posez vous la question : Qu’est ce que je souhaite comme résultat, et quel comportement adopter pour l’atteindre.